PRÉSENTATION

Arcad Production est une agence artistique associative spécialisée dans la production et la diffusion de spectacles, d'artistes et d'évènements culturels dont notamment le festival de Jazz international: Anglet Jazz Festival.

Découvrez notre catalogue d'artistes (Musique - Danse - Théâtre - Arts de rue) et nos prochaines programmations. Réservez vos animations et vos spectacles en contactant directement les artistes pour une meilleure réalisation de vos soirées ou évènements en fonction de votre projet.

Arcad Prod vous accompagne tout au long de la mise en oeuvre de votre évènement et peut également rechercher pour vous des artistes en fonction de vos attentes artistiques et culturelles spécifiques.

CONTACT

Email: intermittent@arcad64.fr

Tél.: +33 9 86 28 40 40

SOCIAL
Aureo
LE
SPECTACLE

Dantzaz est un spectacle créé en octobre 2015 qui a pour but d’amener la danse à tous les publics, travaillant avec des chorégraphes internationaux reconnus et des jeunes danseurs européens à qui la compagnie donne leur première opportunité d’emploi.
AUREO est composé de cinq pièces courtes qui forment une série de dégustations de différents styles ayant en commun le souci d’une qualité internationale : "Jugo" chorégraphiée par Jone San Martin; "Momentum" chorégraphiée par Christine Hassid; "Gizon Haiek" chorégraphiée par Judith Argomaniz; "Dot to Dot" chorégraphiée par Lukas Timulak et "Casi Humano" chorégraphiée par Itzik Galili.
Ces pièces sont capables de satisfaire tout type de public, tant le public expert que ceux qui n’ont jamais assisté à un spectacle de danse.
Les deux sources d’inspiration de cette production sont, d’une part, le nombre d’or, aussi appelé proportion divine, présent dans le monde des arts depuis la Grèce Antique, et d’autre part, l’idée de dégustation de créations diverses et variées.
AUREO est à la recherche de cet équilibre entre la création et le public, la qualité et la proximité, l’excellence et l’extravagance, les grands auteurs et les grandes créations face à tout type de public et ce dans divers espaces. En effet, AUREO n’a pas lieu uniquement sur scène mais commence et se termine dans le hall du théâtre accompagnant ainsi le public le temps de toute l’expérience.

TEASER AUREO
LA
COMPAGNIE

Depuis sa création Dantzaz est une structure pionnière dans le développement de la danse et de l’art chorégraphique au Pays Basque Sud. En 13ans d’existence Dantzaz a évolué vers sa forme actuelle comprenant cinq dimensions de travail au service du secteur de la danse :
La professionnalisation / Formation continue / Création et production / La danse et la société : Soka / La danse et autres secteurs : Think Tanz

LA PRESSE EN PARLE
Sous la direction artistique d’Adriana Pous, Dantzaz, de Renteria (Pays Basque sud,) est une structure qui encourage et aide les créations et les productions avec un label de qualité internationale. La compagnie a par ailleurs pour habitude d’exploiter des espaces non conventionnels (rue, parcs, bâtiments...) permettant aux jeunes danseurs de confronter de manière brute leur danse au regard du public.
Cette fois-ci, c’est dans la salle du Casino que les jeunes artistes de la compagnie ont interprété Aureo pour la première fois en France. L’objectif était d’inviter cinq chorégraphes à créer sur les cinq sens. Soit inclure un ou plusieurs de ces sens dans chacune des piécettes.
Dans la salle et en front de scène devant le rideau, Jugo signé par la chorégraphe basque Jone San Martin est une sorte de fil conducteur du spectacle qui se déguste sans modération. De l’humour, des phrases dans toutes les langues fort bien dites pour comprendre qu’ils et elles parlent de recettes culinaires très spéciales. Le ton est donné, c’est frais, drôle et sympathique. Vêtus de longues chaussettes rouges et sous des lumières voilées par la fumée qui donne le sentiment d’être dans la salle d’un château ou dans la nef d’une cathédrale, les interprètes expriment là leurs talents de danseurs.
Momentum de la chorégraphe bordelaise Christine Hassid créé un véritable et séduisant trouble sur les sonates pour violon de Bach. Judith Argomaniz a su mettre en relief la personnalité de chacun et chacune dans Gizon Haiek. Une œuvre où chant et danse se côtoient à merveille grâce à une technique impeccable des interprètes. Le danseur et chorégraphe Lukas Timulak, membre depuis 2000 du Nederlands Dans Theater, a choisi une fille et quatre garçons pour Dot to Dot où tous en costumes rayés déclinent une danse intense. Quant à Itzik Galili, il aborde un sujet plus grave avec Casi Humano (presque humain) qui fait songer à l’esclavage, aux êtres bafoués, à la misère humaine. Le tout distillé avec une grande notion de vérité mais aussi de raffinement.
Enfin, pour boucler la boucle, les douze danseurs reviennent sur scène comme au début en dansant, chantant, parlant.... sans jamais s’arrêter à telle fin que certains entrainent le public dans le hall du Casino pour poursuivre un spectacle humoristique et aléatoire. Cette soirée où une danse très liée et très bien écrite, dessinée dans un style néo-classique savamment dosé, a permis de constater à quel point cette compagnie possède tous les talents artistiques et techniques pour être reconnue dans le monde entier. Un joli moment de pur bonheur qui se situe dans la digne lignée de Thierry Malandain !
@Critique de Sophie Lesort du 29 septembre 2016 dans Danser Canal Historique
Consciente de sa jeunesse et solidement préparée avec une base classique mais toujours innovante, la compagnie basque nous a, encore une fois, offert un spectacle tout simplement merveilleux : variété des registres, richesse chorégraphique, qualité des chorégraphes et surtout maîtrise époustouflante du mouvement des corps dans tous leurs versants. La compagnie atteint son summum quand les danseurs s'installent dans la symétrie ; dans un pas classique, ils remplissent le mouvement avec une précision mathématique et l'élégance de corps hérissés. Puis quand ils abordent la danse contemporaine, ils sont capables de conserver la discipline tout en se débarrassant de tout maniérisme, rendant crédible et passionnant le cri, la dislocation radicale et même le braiment comique. La compagnie intègre au nombre d'or universel de la danse, qu’elle réalise très bien, tous les narrations, des tensions baroques de la plus pure beauté, au rythme rude de la rue, en passant par la description visuelle des métiers, la poétique des corps ou encore la blague cannibale.
@Critique de Teobaldos du 26 novembre 2015 dans le Diario de Noticias
GALERIE PHOTOS
PHOTOGRAPHIES
© B.Razquin