PRÉSENTATION
Dès sa création, le festival favorise la rencontre entre publics (habitants et touristes du sud néo-aquitain) et musiciens talentueux originaires du territoire ou y vivant et d’autres, dans un équilibre entre artistes à la renommée internationale et artistes qui se découvrent et dont on a le plaisir de voir programmés à Marciac les années suivantes. Ainsi, la programmation musicale est soulignée par la critique, dans sa qualité et dans sa vocation à être un jazz ouvert, inspiré des confluences qui le nourrissent.

AJF 2018 réservera son condensé de surprises autour de S. Luc, S.Belmondo, M.Garay, S.Johnson, JP Como, G.Privat, C.Jennings, T.Bertholo, C.Berthault, D.Kontomanou, R.Vignolo C.Panzani … 36 musiciens à découvrir en 4 jours !

La convivialité du festival et de son équipe, ne s’érode pas avec les éditions voire se colporte dans le milieu des musiciens toujours plus nombreux à souhaiter figurer à l’affiche. Ainsi sur scène partagent-ils le meilleur d’eux-mêmes pour le plus grand enchantement des publics, qui ont même le luxe de pouvoir rencontrer ces artistes, après concert.

Situé sur la Côte basque, ce festival se dote d’un attrait supplémentaire : les festivaliers peuvent en journée découvrir un Pays Basque magnifique, aux ressources multiples tant naturelles (mer & montagne), que gastronomiques et culturelles. Un concentré de haute volée à s’offrir sans modération, en arrière saison, qui se termine par un déjeuner musical sur l’herbe au Château de Baroja !
CONTACT

Email. intermittent@arcad64.fr

Tél. + 33 9 86 28 40 40

SOCIAL

Samedi 22 septembre - 20h30
Théâtre de Quintaou - Anglet
VIDÉOS
COMPOSITION

Gregory Privat (Piano)
Chris Jennings (Contrebasse)
Tilo Bertholo (Batterie)

BIOGRAPHIE

Né en Martinique au mois de décembre 1984, Grégory Privat est le fils du pianiste José Privat, connu pour sa participation au groupe antillais Malavoi. Attiré par le piano, il suit des cours particuliers dès l’âge de six ans et consacre dix années à un apprentissage classique avant de se tourner vers le jazz et les techniques d’improvisation. Étudiant en école d’ingénieur à Toulouse, il s’échappe le soir pour jouer en petite formation dans les clubs de la ville.
C’est ensuite à Paris que Grégory Privat, diplôme en poche, continue d’assouvir sa passion pour la scène. Avec le groupe TrioKa, il explore pendant une année les liens entre le jazz et la musique caribéenne à base de ka, instrument de percussion traditionnel. Durant cette période, à la fin des années 2000, le pianiste croise le chemin d’autres musiciens tels Jacques Schwarz-Bart, Stéphane Belmondo, Guillaume Perret ou Sonny Troupé.
Désireux de se positionner, Grégory Privat s’inscrit à des compétitions de piano, ce qui lui vaut d’obtenir deux places de demi-finaliste au concours du Festival de jazz de Montreux, en 2008, puis au Concours Martial Solal, en 2010. L’année suivante voit la parution du premier album à son nom, Ki Koté. Le succès d’estime recueilli par ce premier essai de compositions personnelles encourage le pianiste à continuer dans cette voie.
En Septembre 2013, il propose l’album Tales of Cyparis, basé sur l’histoire de Louis-Auguste Cyparis, unique prisonnier survivant de l’éruption de la Montagne Pelée en 1902, engagé à ce titre par le cirque Barnum. Le projet fort bien accueilli par la critique (Télérama, Les Inrocks) place le pianiste parmi les musiciens les plus en vue de la nouvelle scène jazz. Un statut conforté par la sortie en Janvier 2015 de son troisième album Luminescence, crédité en duo avec le joueur de gwoka et fidèle partenaire Sonny Troupé.
En Octobre 2016, l’album Family Tree sort sur le prestigieux label allemand « ACT », où Grégory Privat présente son premier trio avec Tilo Bertholo à la batterie et Linley Marthe à la contrebasse.


CHRONIQUE

A une époque où les jeunes prodiges du clavier s’affirment de plus en plus tôt, Grégory Privat a déjà 32 ans et, si son nom est connu du petit monde du jazz, sa notoriété n’est pas à la mesure de son talent. Il faut dire que si le fils de José Privat (pianiste du groupe Malavoi qui installa très tôt son fils devant un piano) débarqua en métropole à 20 ans, ce fut d’abord pour suivre des études d’ingénieur à Toulouse puis, diplôme en poche, pour aller bosser. D’autre part on l’a souvent étiqueté « musicien des caraïbes » car il est né à la Martinique. Mais ce premier disque en trio fait plutôt de lui le digne successeur de Michel Sardaby et d’Alain Jean-Marie que celui des leaders du zouk. La souplesse de son phrasé, l’amour de la mélodie, sa technique superbe et la parfaite maîtrise du flux musical le classent déjà chez les grands. Et la virtuosité ne l’empêche à aucun moment de faire respirer une musique où le bassiste d’origine mauricienne Linley Marthe (Trilok Gurtu, Joe Zawinul Syndicate) et le batteur martiniquais Tilo Bertholo (Magic Malik) apportent eux-aussi leur rayon de soleil. Alors que Gregory Privat vient de rejoindre l’ensemble Liberetto du contrebassiste Lars Danielsson, gageons que « Family Tree » l’installera définitivement dans le peloton de tête des jeunes pianistes d’aujourd’hui.

Gregory Privat (p), Linley Marthe (B), Tilo Bertholo (dm). Recall Studio, janvier 2016.
Philippe Vincent chronique pour Jazz Magazine

GALERIE IMAGES

Photos © Yannick Privat - Roch Armando

LIENS
Adresse

Arcad
4 Avenue de Maignon
64600 Anglet

Contact

tel. + 33 9 86 28 40 40
intermittent@arcad64.fr
Plan d'accès